Computergestützte Epidemiologie
Mathematische Modellierung
Simulation
DE | EN | FR

Stratégies de vaccination et couverture critique de vaccinations

Approche de modélisation déterministe

Par le calcul de l'équilibre d'un système d'équations différentielles, on peut estimer quelle proportion de la population il faut vacciner pour rendre impossible une transmission endémique ou une réintroduction réussie du virus sauvage de la polio.

  • Couverture critique de vaccination par vaccin oral (OPV)
    En cas de vaccin vivant (vaccination orale, OPV) il ne faut pas perdre de vue que les virus qui servent à vacciner, ne sont certes plus pathogènes mais peuvent encore provoquer une infection de sorte que des personnes mises en contact avec la personne vaccinée peuvent être infectées et ainsi acquérir une protection immunitaire. Donc, lorsqu'on emploie l'OPV, le virus sauvage de la polio doit entrer en concurrence avec le virus du vaccin. Par conséquence, la couverture de vaccination par OPV nécessaire à l'élimination de la polio est largement plus restreinte qu'en cas de vaccination non infectieuse.

  • Couverture critique de vaccination par vaccin injecté (IPV)
    En revanche le vaccin inoculé par injection est constitué de particules de virus "tuées", incapables d'infecter. Etant donné qu'en cas d'IPV il existe un risque éminemment moindre de complications suite au vaccin pour la personne vaccinée et les personnes qui sont en contact avec elle, on est passé à cette vaccination en Allemagne il y a quelques années. L'IPV protège certes contre la maladie, mais les personnes vaccinées peuvent encore être infectées et transmettre l'infection. C'est pourquoi il faut vacciner une plus grande partie de population que cela ne serait nécessaire en cas d'utilisation d'un vaccin provoquant une immunité totale. Lorque la transmission du virus sauvage est favorisée par de mauvaises conditions hygiéniques et une forte densité de population, peut apparaître une situation où, même en pratiquant une couverture par IPV à 100%, on ne peut plus éliminer la transmission du virus sauvage de la polio.

Approche de modélisation aléatoire

  • Le phénomène de l'extinction locale
    En raison d'effets aléatoires, la transmission de l'infection dans des populations peu nombreuses s'arrête souvent même sans vaccination. Une transmission durable requiert une taille de population critique. Plus on vaccine d'enfants dans une population, plus la transmission de la maladie est stoppée rapidement et à coup sûr.

  • Journées de vaccination
    Il y a quelques années ont été introduites (surtout dans des pays tropicaux) ce que l'on appelle des journées nationales de vaccination OPV, pendant lesquelles les enfants ont la possiblité, une ou deux fois par an, d'être vaccinés par OPV. Des études montrent qu'une vaccination annuelle de 20 à 25% des enfants peut déjà suffire pour obtenir en peu d'années une population dépourvue du virus sauvage.